Le bien? Le mal? Ni l’un ni l’autre

admin September 28th, 2012

Jost Amman — Tree of Knowledge & Death — 1587 Xylographie tirée De conceptu et generatione hominis
Jost Amman — Tree of Knowledge & Death — 1587 Xylographie tirée De conceptu et generatione hominis

« Le Seigneur Dieu planta un jardin en Eden, à l’Orient, et y plaça l’homme qu’il avait formé. Le Seigneur Dieu fit germer du sol tout arbre d’aspect attrayant et bon à manger, l’arbre de vie au milieu du jardin et l’arbre de la connaissance du bonheur et du malheur. »

Genèse, 2, 8-9, in Traduction Œcuménique de la Bible, éd. SBF/Cerf, 1978, p. 26fg

Interprétation allégorique du verset 9 et commentaire:

Et D. Fit naître dans ce qui compose l’homme(1) à la fois un centre spirituel de vie et une disposition à s’en éloigner.

Dès lors, le choix lui appartient de se complaire dans le contingent, le variable, le culturel, l’historique, l’opinion et également le matériel. Ce faisant il se limite lui-même et enferme autrui, créé des frontières et induit des mécanisme de violence qui légitiment la guerre et le meurtre.

“On a mal regardé la vie, quand on n’a pas aussi vu la main qui tue en gant de velours” (2)

Manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, c’est-à-dire raisonner selon les catégories artificielles du “Bien” et du “Mal”, c’est ingérer, faire sien jusque dans son corps, le refus de tout universel qui seul peut rassembler et accorder les êtres.

Manger autre chose que de l’arbre de Vie ne peut que conduire à sa propre mort et à celle de ses Frères.

« J’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction, tu choisiras la vie » Deutéronome 30, 19

Un éternel apprenti

(1) En hébreu, le mot homme et terre ont la même racine (ADM)
(2) Par-delà le bien et le mal, Friedrich Nietzsche

Comments are closed.

Trackback URI |

Login