Archive for May, 2008

Frithjof Schuon (1907-1998)*

admin May 28th, 2008

Frithjof Schuon est né à Bâle (Suisse) le 18 juin 1907 de parents d’origine germanique et alsacienne. Dans sa jeunesse il s’établira à Paris où il exerce son métier de dessinateur sur textile. De tempérament mystique et gnostique il s’imprègne du Vêdânta et s’intéresse en profondeur à toutes les religions dont le Christianisme et l’Islam. Lecteur et correspondant du métaphysicien français René Guénon, il se rend en 1938 et 1939 au Caire pour y faire sa connaissance. Après la deuxième guerre mondiale, Schuon, qui réside à Lausanne, entreprend plusieurs voyages en Amérique du Nord, pour y rencontrer les Indiens des Plaines restés traditionnels, au Maroc et dans plusieurs pays d’Europe. Son oeuvre écrite compte plus de vingt livres traduits dans de nombreuses langues et constitue une véritable somme métaphysique et spirituelle sans équivalent au vingtième siècle. Il y développe et explicite largement le thème de l’Unité transcendante des Religions” et de la nécessaire compréhension “ésotérique” de celles-ci comme antidote au nihilisme contemporain. Son oeuvre picturale et poétique, moins connue, montre toute la richesse de son étonnante personnalité.

 

Frithjof Schuon est décédé à Bloomington (USA), où il s’était retiré en 1980, le 5 Mai 1998.

 

Bibliographie sélective :

  • Méditation primordiale, traduit de l’allemand, 2008
  • De Quelques aspects de l’Islam, Paris, Chacornac, 1935.
  • De l’Unité transcendante des religions, Gallimard, 1948; deuxième édition, Gallimard, 1958; troisième édition (revue et corrigée comportant un nouveau chapitre), Le Seuil, 1979; quatrième édition, Sulliver, 2000.
  • L’Oeil du cœur, Gallimard, 1950; seconde édition (revue et corrigée), Dervy-Livres, 1974; troisième édition, L’Âge d’Homme, 1995.
  • Perspectives spirituelles et faits humains, Cahiers du Sud, 1953; deuxième édition Maisonneuve & Larose, 1989.
  • Sentiers de gnose, La Colombe, 1957; seconde édition, La Place Royale, 1987; troisième édition revue et corrigée, La Place Royale, 1996.
  • Les Stations de la sagesse, Buchet/Chastel-Corréa, 1958; deuxième édition Maisonneuve & Larose, 1992.
  • Images de l’Esprit, Flammarion, 1961; deuxième édition Le Courrier du Livre, 1982.
  • Comprendre l’Islam, Gallimard, 1961; seconde édition, Le Seuil, 1976, et rééditions ultérieures, Collection Point Sagesses.
  • Regards sur les mondes anciens, Éditions Traditionnelles, 1968; deuxième édition, Nataraj, 1997
  • Logique et transcendance, Éditions Traditionnelles, 1970.
  • Forme et substance dans les religions, Dervy-Livres, 1975.
  • L’Ésotérisme comme principe et comme voie, Dervy-Livres, 1978.
  • Le Soufisme, voile et quintessence, Dervy-Livres, 1980.
  • Christianisme/Islam: visions d’oecuménisme ésotérique, Arché, 1981.
  • Du Divin à l’humain, Le Courrier du Livre, 1981.
  • Sur les traces de la Religion pérenne, Le Courrier du Livre, 1982.
  • Approches du phénomène religieux, Le Courrier du Livre, 1984.
  • Résumé de métaphysique intégrale, Le Courrier du Livre, 1985.
  • Avoir un centre, Maisonneuve & Larose, 1988.
  • Racines de la condition humaine, La Table Ronde, 1990.
  • Les Perles du pèlerin, Le Seuil, 1991.
  • Le Jeu des Masques, L’Âge d’Homme, 1992.
  • La Transfiguration de l’Homme, Paris, L’Âge d’Homme, 1995.
  • Trésors du Bouddhisme, Nataraj, 1997.

*Source de cet article: www.frithjof-schuon.com

Envoyer ceci à un ami ! Envoyer ceci à un ami !

 

 

Humour et dessins maçonniques

admin May 12th, 2008

Grâce à notre F:. C. B., notre collection de dessins du F:. Bedros Boyaciyan, de la R:. L:. Mimar Hiram à l’Or:. d’Istambul, s’étoffe de jours en jours. Les thèmes qu’il aborde sont toujours d’ordre symbolique et l’humour constant que l’on retrouve dans chacun de ces dessins nous rappelle cette maxime transmise par un Vén:. aujourd’hui passé à l’O:. éternel: “ Un maçon triste est un triste maçon”. Maxime qui, pour notre plus grand bonheur, ne saurait s’appliquer à notre Très Cher Frère Bedros.

 

Comment un maçon qui vit avec son temps, pourrait tailler sa pierre brute…

Des Frères parmi les hommes.

 

 

(cliquez sur les images pour les agrandir)

Envoyer ceci à un ami ! Envoyer ceci à un ami !

 

Sénèque. De la brièveté de la vie.

admin May 1st, 2008

Luca Giordano, La mort de Sénèque, vers 1684
huile sur toile 155 cm x 188 cm. Musée du Louvre.

 

Tempus fugit, le temps fuit… Qui n’a jamais déploré au moins une fois que le sablier ne contient que peu de grains. Le fameux philosophe stoïcien Sénèque, quant à lui, nous rappelle qu’une vie bien employée n’est jamais courte. Que la qualité et la perception du temps sont avant tout fonction de son emploi.

 

 
icon for podpress  Standard Podcast [2:35m]: Play Now | Play in Popup | Download

 

D’autres extraits sont offerts sur le site www.litteratureaudio.com

 

Envoyer ceci à un ami ! Envoyer ceci à un ami !

 

 

Login